Cette partie aborde la question de l’organisation apprenante et l’approche par les situations apprenantes en formation professionnelle, initiale ou continue.

Elle fait référence au courant de la didactique professionnelle (lien vers une excellente conférence à visionner) et se positionne au sein de milieux de travail  lors d’encadrement d’étudiants en formation. 

  • La question de l’organisation apprenante.
  • L’approche par les situations apprenantes.
  • la méthodologie d’élaboration des situations.
  • Exemples de situations modélisées en soins-infirmiers.

I. La question de l’organisation apprenante : en quoi la structure de travail peut engager chez l’apprenant un processus visant à développer des compétences professionnelles ? Les conditions humaines, organisationnelles. 

Selon Solveig Fernagu-Oudet (2012, p 210) dans l’ouvrage apprendre au travail, l’environnement capacitant est “un environnement qui met des ressources à disposition des individus et leur permet de les utiliser…permet aux individus de développer de nouvelles compétences et connaissances, d’élargir leurs possibilités d’action, leur degré de contrôle sur leur tâche et sur la manière dont ils la réalisent, c’est-à-dire leur autonomie…cela nous conduit à définir l’EC comme un environnement favorable au développement du pouvoir d’agir des individus et de leurs dispositions à apprendre.

Au cours d’une enquête exploratoire (2018) auprès d’étudiants en formation initiale, il en ressort différents paramètres engageant un processus d’apprentissage en situation de stage professionnel (relevant de l’environnement et du sujet apprenant).

Nous identifions comme paramètres : 

 

ParamètresCommentaires
La présence d’un tuteur et/ou professionnel de proximité qui encadre
La disponibilité des professionnels lors de phases d’encadrement 
De pouvoir échanger avec des professionnels
La mise à disposition d’un livret d’accueil et de suivi des acquisitions (la spécificité du lieu d’exercice, les situations rencontrées, les compétences attendues, les activités présentes)Permet de se projeter, donne des repères pour se situer, amorce une réflexion et suscite des liens, sécurise l’étudiant.
Des exigences pour une  performance attendue / aux apprentissages.
Négociation des objectifs et négocier un parcours de formation.
Lors des activités professionnelles, possibilité pour l’apprenant d’observer le professionnel et de pouvoir échanger. L’importance du debriefing et de l’analyse de l’activité
Des ressources à disposition. 

Simulateur, ressources bibliographiques…
Au sujet des situations apprenantes :
Une pratique cohérente au sein de l’équipeCe qui n’exclut pas des différences.
La compréhension de la finalité de l’activité située.
Un apport préalable à l’activité (au sujet du matériel, de savoirs, de modes opératoires, etc…)L’intérêt de l’apprentissage initial sur simulateur.
Apprendre des professionnels : un modèle pour la bonne pratique, expliquer au stagiaire lors de la réalisation de l’activité, l’amener à se questionner (une situation à potentiel  d’ouvrir “une parenthèse intellectuelle”, à engager un processus de réflexivité)Passer d’une démarche productive à une démarche constructive centrée sur l’apprentissage.
Ne pas apporter à l’apprenant les réponses mais l’accompagner à y répondre.
La variabilité des situations avec des niveaux de complexité adaptés à l’apprenant.Inclure des événements prévalents et envisager la situation dans sa dynamique d’évolution avec ou sans intervention.
La gestion cognitive, émotionnelle et corporelle de la situation par l’apprenant : lors de l’observation d’une activité réalisée par un professionnel : le développement par l’apprenant d’un discours intérieur, de pouvoir envisager une activité virtuelle, de tester cognitivement des prises de décisions et la mise en confrontation avec ce qui est observé.Lien vers le stress ressenti par l’apprenant et sa gestion.
Le développement de son sentiment d’auto-efficacité.
De pouvoir débriefer en fin d’activité.
De travailler son identité professionnelle et pouvoir s’identifier au bon professionnel.

Au sujet de l’apprenant :
Motivation de la part de l’apprenant.L’importance accordée aux situations réelles.
L’acquisition de connaissancesL’importance accordée aux enseignements venant de professionnels (lien vers la réalité professionnelle)
La question de l’autonomie accordée à l’étudiant : prendre de plus en plus d’initiative, avoir des indicateurs montrant sa capacité à être efficace.
Travailler sur soi-même : ce qui caractérise ma pratique, sur les émotions, qu-est-ce qui facilite mon apprentissage.
Se sentir bien.
Capacité à se détacher de la situation.
Savoir donner du sens à la situation.
Avoir des connaissances, savoir prendre des initiatives, une attitude positive et d’ouverture, vouloir apprendre et poser des questions. 

Pour aller plus loin : consulter la page Ressource.

  • Sous la direction de Bourgeois, E & Durand, M. (2012). Apprendre au travail. Paris : PUF.
  • Les travaux de P. Mayen. 

II. L’approche par les situations apprenantes : approche didactique qui vise à investir des situations professionnelles et qui en engageant l’apprenant dans un travail de confrontation avec le réel et par un travail d’analyse sur l’activité située sont source de développement de compétences professionnelles. 

-Interroge ce qu’apporte le milieu du travail en matière d’apprentissage des activités professionnelles.

-Et vise à apporter une ressource complémentaire pour la formation des apprenants afin de développer un savoir agir en situation réelle en mobilisant les ressources adéquates.

1. Le cadre de cette approche.


HAS (2018) : « Les stages sont centrés sur une démarche réflexive du stagiaire, à partir des situations rencontrées dans sa pratique de soins…C’est par un questionnement conjoint à partir des pratiques que l’étudiant repère les apprentissages à effectuer et sollicite les ressources nécessaires pour élaborer des solutions qu’il va pouvoir utiliser dans d’autres situations.»

Ce qui est retenu comme situation apprenante : 

• Ce à quoi les professionnels ont affaire dans leur activité quotidienne (situation authentique) : situation de travail réelle au sein de laquelle une ou des activité(s) professionnelle(s)spécifique(s) et récurrente(s) se déroule(nt).

• Par la caractéristique des situations retenues et le travail de formation associé, elles sont source d’un potentiel d’apprentissage de qualité et les acquis sont transférables dans d’autres situations professionnelles.


Critères pour le choix d’une situation apprenante :

Elle est fréquente : possibilité d’un entraînement régulier et soutenu.

Elle donne lieu à un travail de formation : formateur dédié, des ressources sont disponibles, une organisation de travail est négociée, l’étudiant peut s’y inscrire de façon autonome.

Elle est authentique : en lien avec l’activité du professionnel.

Son niveau de complexité est adapté au niveau de l’étudiant (zone proximale de développement).


Elle est variable et accompagne l’étudiant à une pratique située.


Elle engage l’étudiant dans un processus de raisonnement, de prise de décision, de modes opératoires varies et de transfert.


Elle est source d’une problématisation et de réflexivité.
 

Ce qui nécessite :

  • Pour les tuteurs et/ou professionnels de proximité : d’interroger le réel afin de le rendre apprenant, en :

  → Identifiant en amont et en lien avec un besoin de formation répondant aux attentes du métier, quelles sont les situations prévalentes spécifiques dans leurs unités de travail,

  → Explicitant et en dégageant ce qui guide l’activité efficace en situation réelle (travail de conceptualisation),

  → Positionnant des événements pouvant survenir dans la situation,

  → Puis en transposant ce travail vers le référentiel de compétences en déclinant les compétences correspondantes à l’activité située, les capacités à acquérir pour la réaliser, et les ressources à mobiliser,

  → Et en apprenant à investir un parcours de formation et des dispositifs d’accompagnement à l’apprentissage.

  • Pour les apprenants : la confrontation avec des situations professionnelles réelles et en faire une ressource apte à répondre à un besoin pour son apprentissage pour son futur métier.
Les avantages à développer cette approche :

Pour les apprenants : développer un niveau de performance

Pour le tuteur et/ou professionnel de proximité :
-Renforcer l’acquisition et la mobilisation des savoirs professionnels dans une logique d’articulation centre de formation /stage professionnel et en analysant la pratique réelle suivant un double processus d’incorporation et de distanciation.
•Les inclure dans un processus de raisonnement en situation et de prise de décision.
•Pour une action efficace en situation de soins.
•Travailler l’adaptation à l’emploi et à la fonction.

•Apporter une valeur ajoutée au projet d’encadrement.
•Investir ses compétences et expériences professionnelles comme ressources au processus d’apprentissage.
•Renforcer l’apprentissage de dispositifs d’aide à la formation de l’étudiant.
•Avantage secondaire
: Accompagner les professionnels à porter un regard réflexif sur leurs propres pratiques professionnelles.
La méthodologie d’élaboration de la situation apprenante : 

A consulter : les travaux en didactique professionnelle et les travaux de G. Vergnaud autour du processus de conceptualisation. 

Le cadre de cette élaboration : 
Les étapes : 
1. Détermination de la situation apprenante : 

En lien avec la spécificité des lieux de stage : analyse du contexte et des ressources en formation.

Lien vers les besoins en formation (métier, programme de formation).

Analyse des situations prévalentes potentielles et du potentiel d’apprentissage. 

Choix et énoncé de la situation prévalente.


2. En expliciter les déterminants et modéliser le processus d’apprentissage .
A partir de la situation retenue :

Expliciter ce qui spécifie la situation et l’activité du professionnel en exercice,

En extraire les éléments qui structurent l’activité efficace en contexte (vers les invariants opératoires),

Modéliser le processus d’apprentissage en déclinant  les compétences, les capacités attendues, les activités, les savoirs multiples à mobiliser en termes de ressources pour l’activité et la survenue événements à traiter par le professionnel et des principes qui vont guider le projet d’intégration dans le processus d’apprentissage,

La procédure de validation de la situation prévalente : qui valide et comment est conduit ce travail au sein de l’équipe en mobilisant différentes expertises.

La tester en conditions d’exercice.
3. L’inclure dans un processus d’apprentissage : 

Envisager les conditions d’intégration des situations prévalentes dans la dynamique d’apprentissage de l’étudiant :

→ Quelles conditions et facteurs pour un apprentissage positif ?
→ La démarche d’analyse réflexive et de problématisation.
→ La stratégie d’implantation(équipe, apprenant).
Des exemples de situations modélisées (traduction didactique d’analyse de situations professionnelles) :